Accueil Archives des actualités Le policier lanceur de marteau
 
Le policier lanceur de marteau Imprimer

Le policier lanceur de marteau

À 30 ans, Erwan Cassier fait partie de la police municipale depuis près de six ans. Mais dans sa deuxième vie, il est un redoutable lanceur de marteau et de disque qui a fièrement porté les couleurs de la Nouvelle-Calédonie lors des Jeux du Pacifique qui se sont déroulés aux Samoa en juillet, en remportant l'or dans sa discipline.

 

Erwan Cassier a le physique de l'emploi. Quasiment deux mètres, costaud, un visage dur. Il est du genre qu'on n’a pas envie d'aller ennuyer lorsqu'il patrouille. Mais qu'on ne s’y trompe pas, ce policier municipal de tout juste 30 ans, père d'une petite fille de 4 ans, est avant tout un homme passionné et avenant. Sa mission ? Servir et protéger au mieux les Mondoriens.

« Je suis très attaché à cette commune, pose-t-il. J'ai passé mon enfance à Plum, puis à Mouirange. Et puis quand j'étais ado, j'ai vécu à Boulari. » Même si aujourd'hui, il s'est installé à Païta, il avoue ne « pas vouloir être policier dans une autre commune ».

 

Je suis très attaché à cette commune

 

Après avoir travaillé notamment à la province Sud comme éducateur, il intègre la police municipale en 2013, d'abord comme garde champêtre. « Je me souviens très bien de mon entretien, raconte-t-il. C'est Jacques Clavel qui m'avait reçu à l'époque. Un très bon moment, j'avais beaucoup d'estime pour lui. Et puis j'ai ensuite été reçu par Éric Gay. Ce sont deux hommes qui m'ont fait confiance. »

Aujourd'hui passé gardien, il officie dans la brigade 1, « une bonne équipe ». Dans son pick-up, il patrouille avec des missions « qui vont du simple rappel à l'ordre sur des déchets verts à des interventions plus compliquées lors de rixes ».

 

Le lancer dans la peau

Mais en juillet, c'est comme athlète qu'il a fait briller la commune et plus largement la Calédonie. À Apia, il a troqué son uniforme de policier pour celui de Cagou, du nom des membres de l'équipe qui part tous les quatre ans aux Jeux du Pacifique. Cette année, c'était aux Samoa. C'est la première passion d'Erwan Cassier, l'athlétisme et plus particulièrement le lancer.

 

« Je ne pouvais pas vraiment faire autrement, s'amuse le gaillard. Mon père était lanceur, ma mère également. Je n'avais pas le choix ! Je crois que dès mes premiers jours, j'étais au stade pour la Coupe des lancers puisque mes parents y participaient tous les deux (rires). » Un déterminisme qu'il embrasse volontiers. Alors licencié à l'Étoile Filante du Mont-Dore, il multiplie les titres de champion de France lors de ses plus jeunes années. Il a également été sélectionné plusieurs fois en équipe de France lors des championnats du monde et d'Europe. Toujours chez les jeunes et à chaque fois au marteau ou au disque, ses deux engins de prédilection.

 

Une passion si forte qu'il décide une fois son bac en poche, en 2006, de partir en Nouvelle-Zélande pour tenter de percer dans son sport. « J'ai suivi Didier Poppé, se souvient Erwan. À l'époque, il s'installait à Auckland après avoir été conseiller technique d'athlétisme en Calédonie. »

 

Deux ans de séjour où il côtoie la crème des lanceurs du Pacifique. Des athlètes qu'il retrouvera ensuite dans les joutes océaniennes, surtout lors des Jeux du Pacifique. Erwan y participe pour la première fois en 2007, déjà à Apia.

 

Après Nouméa en 2011 et Port-Moresby en 2015, la boucle est désormais bouclée, mais pas question pour lui de s'arrêter là.

« J'espère être encore de la partie en 2022 aux Salomon. »

Le rendez-vous est pris.

 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10