Sécurité et hygiène

list red Sommaire

LA POLICE MUNICIPALE : 3 BRIGADES, 4 UNITÉS, 1 CSU

La Police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle est composée de :

  • 3 brigades de voie publique ;
  • 1 unité canine ;
  • 1 unité équestre ;
  • 1 unité motocycliste ;
  • 1 unité administrative ;
  • 1 centre de supervision urbain ;
  • 1 moniteur MBTPI et 2 secrétaires.

 

L'unité cynophile

L’attrait de la police municipale pour l’emploi de chiens au sein du service est directement lié à l’image dissuasive et rassurante qu’ils procurent. Au-delà de cet aspect, les chiens permettent d’assister les fonctionnaires de police municipale lors d’interpellations d’individus, auteurs de crime ou de délit flagrant, et de participer à la protection et sécurité des personnes et des biens que de la protection des agents.

Les champs d’actions sont principalement urbains mais également sur tout sites et tout environnements là où il est nécessaire d’intervenir, où des regroupements d’individus sont constatés et de faire évacuer tout lieu.

La principale mission des conducteurs est d’assurer une présence visible dans les secteurs où des problèmes liés à la tranquillité publique sont régulièrement observés. Les membres de la brigade canine n’opèrent jamais seuls, ils sont accompagnés d’un assistant et viennent parfois appuyer les équipages en pédestres.

Dans la plupart des cas, les agents choisissent la frappe muselée, une action défensive ; mais aussi offensive visant à neutraliser un individu le plus rapidement possible et sans qu’il y ait morsure. La percussion, d’une puissance étonnante, ne laisse absolument aucune chance au fauteur de trouble. Mieux vaut donc ne pas en arriver là !

 

L'unité équestre

Sa mission consiste essentiellement à assurer une présence active et dissuasive, mais également répressive en cas de besoin en zones urbaines mais aussi en zones rurales pour effectuer la surveillance de zones boisées, de parcs et jardins, de zones littorales….

L’activité de cette unité est essentiellement basée sur la surveillance générale du domaine public.

Dans les zones urbanisées, une unité équestre intervient dans les zones piétonnes, les centres-villes ou dans les quartiers sensibles, pour exercer une activité complémentaire de celle des autres équipes de police municipale.

Si la mission première d’une unité équestre demeure la prévention, les cavaliers sont des policiers municipaux à part entière et peuvent de ce fait procéder à des verbalisations. Le cheval n’est qu’un instrument qui présente de nombreux avantages.

Quel que soit le lieu d’exercice de ces équipes, il apparaît que le cheval est un moyen d’engager le dialogue avec la population et de susciter un autre regard sur la police au travers de la médiation naturelle due à l’animal. Ce phénomène se ressent particulièrement chez les jeunes. Une unité équestre s’inscrit donc dans le cadre d’une police dite de proximité.

Un autre avantage majeur est la capacité de pouvoir accéder à des zones impraticables par des véhicules motorisés ou des VTT. Le cheval a la capacité de se déplacer très vite là où l’homme et la voiture sont arrêtés.

Le cavalier a l’avantage par sa position haute d’avoir un champ de vision beaucoup plus étendu lorsqu’il se trouve au sol. Il voit donc loin et la plupart du temps au-dessus des haies de pavillons. Cette position stratégique en hauteur augmente également l’attention : leur présence est bien perceptible de la population.

Une brigade équestre est un véritable outil de dissuasion : si le cheval favorise le dialogue avec la population, en cas d’interpellation il devient impressionnant pour les délinquants par sa stature et sa rapidité de réaction.

 

L'unité motocycliste

La mission première d’une unité motocycliste demeure la lutte contre l’insécurité routière.

Grâce à leur mobilité aisée, les équipes peuvent se déplacer très facilement dans les flots de circulation intense, ce qui leur confère une rapidité d’intervention remarquable lorsque le deux-roues est adapté à la topographie de la commune.

Exemple : en zone rurale il est préférable d’opter pour des motos tout terrain, alors qu’en zone à habitat très dense, on va privilégier les véhicules maniables.

Enfin, le motard porte une image qui impose le respect auprès de la population. Ce respect est plus marqué sur les motards que sur les équipages en patrouille portée (en véhicule de service).

En ce qui concerne les agents, l’affectation en brigade motocycliste de police municipale demande avant tout d’être passionné de moto, mais aussi de posséder une bonne condition physique, et de faire preuve d’autonomie et d’esprit d’initiative.

L’agent de police municipale doit être en mesure de maîtriser son engin à allure aussi bien lente que rapide en s’adaptant aux circonstances, tout en respectant les règles de sécurité en matière de circulation routière. Il doit également adopter des attitudes et des comportements professionnels conformes à sa spécialité, en respectant les aspects juridiques, techniques et relationnels liés à toutes ses interventions.

 

L'unité Centre de Supervision Urbaine (CSU)

Le système de vidéoprotection consiste à visionner la voie publique aux fins de prévenir et de lutter efficacement contre tout acte de malveillance (intrusion, vol, agression, violences, dégradation, destruction…).

L’implantation d’un système de vidéoprotection dans des lieux et établissements ouverts au public est possible aux fins d’y assurer la sécurité des personnes et des biens lorsque ces lieux et établissements sont particulièrement exposés à des risques d’agression, de vol ou à des actes terrorisme.

Il est également possible pour les commerçants, après information du maire de la commune concernée et autorisation des autorités publiques compétentes, de mettre en œuvre sur la voie publique un système de vidéoprotection aux fins d’assurer la protection des abords immédiats de leurs bâtiments et installations, dans les lieux particulièrement exposés à risques d’agression ou de vol.

Seuls, les agents habilités peuvent être autorisés à visionner les images de voie publique.

À ce jour, 40 caméras couvrent le territoire de la commune du Mont-Dore du Nord au Sud.

 

Le moniteur MBTPI

Le MBTPI est chargé de toute la formation aux gestes techniques professionnels d’intervention (GTPI) et aux techniques de défense et d’intervention (TDI). Il a pour mission de :

  • Établir des fiches de séances dans différents domaines de ses compétences en lien les besoins du service
  • Animer les séances au profil des agents du service
  • Tenir un tableau de bord individuel par de l'état de ses connaissances dans les différents domaines abordés
  • Alerter la hiérarchie en cas de difficultés détectée chez un agent afin de pouvoir mettre en œuvre un plan de formation personnalisé et adapté
  • Mettre en place une veille réglementaire et technique dans le domaine des gestes techniques et professionnels
  • Être force de proposition dans le domaine

 

RÉGLEMENTATION

Les pouvoirs de police du maire prévoient la possibilité de réglementer certains domaines comme les autorisations de faire du feu. Le maire peut alors prendre un arrêté (validé par la subdivision administrative sud) qui aura valeur de loi sur la commune.

Retrouvez ci-dessous les principales réglementation en matière de sécurité sur la commune du Mont-Dore :

  1. Emploi du feu sur la commune du Mont-Dore

    Arrêté N° 020-14 du 13/01/2014

  2. Implantation des ruches sur le territoire de la commune du Mont-Dore

    Arrêté N° 654-22 du 25/10/2022

  3. Dépôt de déchets verts aux fins de ramassage et d’enlèvement

    Arrêté N° 200-06 du 19/10/2006

  4. Interdiction de couper et de ramasser du bois sur les terrains municipaux

    Arrêté N° 246-06 du 04/12/2006

  5. Lutte contre les nuisances sonores sur la commune du Mont-Dore

    Arrêté N° 360-07 du 28/12/2007

  6. Les nuisances causées par les animaux et leur divagation

    Arrêté N° 56-07 du 30/03/2007

  7. Les conditions d’accès et d’utilisation des installations de toutes promenades et parcours de santé de la commune

    Arrêté N° 06-21 du 08/01/2021

  8. L’élagage et la coupe d’arbres sur la commune du Mont-Dore

    Arrêté N° 372-22 du 06/07/2022

  9. La pêche au requin dans la bande littorale des 300 mètres du trait de côte et des îlots

    Arrêté N° 15-23 du 12/01/2023

 

LES ACTIONS DE LA POLICE

Transport de matières dangereuses

L’activité économique et la proximité du site de Goro soumettent particulièrement la ville aux risques liés au transport de matières dangereuses. Si des comportements de bons sens sont à adopter, des réglementations existent pour protéger la route et ses usagers et une demande doit être réalisée auprès de la police municipale.

Sur la route, est considéré comme produit dangereux, toute matière qui, à cause de ses propriétés chimiques, peut causer une blessure, une perte de vie, des dommages à la propriété ou à l’environnement en cas d’accident durant le transport. Un accident de transport sans gravité peut rapidement dégénérer en une importante catastrophe lorsque des produits dangereux sont impliqués.

En Nouvelle-Calédonie, le transport de matières dangereuses est régi par la délibération du congrès n°470 du 29 novembre 1982.

 

Opération tranquillité vacances

Vous partez en vacances et vous souhaitez que la police municipale veille sur votre maison ?
Optez pour le service « Tranquillité vacances ». Votre domicile sera inclus dans les rondes des brigades durant la durée de votre absence. Vous pouvez également autoriser, à cette occasion, la police municipale à pénétrer dans votre propriété pour en faire le tour.

 

Prévention dans les écoles

Proche des Mondoriens, la police municipale concentre ses actions sur la prévention. Ainsi, l’équipe de la police municipale réalise régulièrement des actions pédagogiques en milieu scolaire qui peuvent commencer dès la maternelle. De façon ludique et adaptée, les intervenants abordent les sujets des incivilités, présentent la police municipale et ses fonctions, et, pour les plus grands et sur leur demande, peuvent aborder les problèmes de la surconsommation de drogues et d'alcool sous l’aspect légal.

 

LA PARTICIPATION CITOYENNE

Créé depuis 2006 et mis en place en 2018 dans la commune, la démarche de participation citoyenne consiste à sensibiliser les habitants en les associant à la protection de leur propre environnement. La connaissance par la population de son territoire, et par conséquent, des phénomènes de délinquance susceptibles de s’y produire permet de développer un mode d’action novateur d’information des forces de l’ordre. En outre, les informations partagées doivent permettre d’adapter les actions de prévention dans les zones définies.

Empruntant la forme d’un réseau de solidarité de voisinage, constitué d’une ou plusieurs chaînes de vigilance structurées autour d’habitants d’une même rue ou d’un même quartier, le dispositif permet d’alerter la Gendarmerie Nationale de tout événement suspect ou de tout fait de nature à troubler la sécurité des personnes et des biens dont ils seraient témoins.

Ce dispositif n’a pas vocation à se substituer à l’action de la Gendarmerie Nationale et de la police municipale. Par conséquent, cela exclut, par exemple, toute intervention de la part de citoyens vigilants, hors le cadre des crimes ou délits flagrants (article 73 du code de procédure pénale).

Ce dispositif de prévention de la délinquance est structuré autour des zones résidentielles des douze quartiers du Mont-Dore (Yahoué, Pont-Des-Français, La Conception, Robinson, Boulari, Saint-Michel, Saint-Louis, La Coulée, Le Vallon-Dore, Mont-Dore Sud, Plum et La Lembi-Mouirange).

 

LE PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE (PCS)

Lorsqu’un événement grave survient, le Maire peut déclencher le plan communal de sauvegarde (PCS). Révisé annuellement, ce document organise les opérations de secours, l'accompagnement et le soutien aux populations sinistrées. Il répertorie et cartographie les risques majeurs auxquels sont exposées les personnes qui vivent ou travaillent sur le territoire communal.

Le PCS prévoit le découpage de la commune en trois secteurs géographiques pour une organisation optimale des secours. Chacun des secteurs est équipé de postes de commandement (PC) et de centres d’accueil pour la population.
Depuis 2011, la Ville s’est vu décerner un pavillon orange trois étoiles par le Haut comité français pour la défense civile, qui récompense la qualité de son plan communal de sauvegarde.

Télécharger le plan communal de sauvegarde en bas de page

 

Les postes de commandement

La situation particulière du Mont-Dore – un axe routier nord/sud unique (route provinciale), une commune étendue (643 km²), un terrain montagneux, de nombreux creeks et rivières – nécessite un positionnement géographique anticipé des secours.
Lorsque le plan communal de sauvegarde est activé, cinq postes de commandement répartis en trois secteurs d’intervention, permettent de porter rapidement secours aux Mondoriens.

 

Secteur 1
  • Il comprend la plus grande concentration d'habitants.
  • Il intègre l’ensemble des quartiers et lotissements du nord de la commune (à partir de Yahoué / Pont-des-Français), jusqu’au pont de La Coulée.
  • On y retrouve le PCC (poste de commandement communal) localisé à la Mairie, le PCA 1 (poste de commandement avancé) situé salle omnisports Henri Sérandour (Boulari) et le PCA 4 à l’école La Rizière (La Coulée) et leur centre d’accueil.

 

Secteur 2
  • Il intègre l’ensemble des quartiers et lotissements compris entre le pont de La Coulée et le Col de Mouirange et s’arrête à la Mairie annexe de Plum.
  • Il est sujet à des éboulements pouvant obstruer la route provinciale.
  • On y retrouve le PCA 2 et son centre d’accueil implantés au groupe scolaire La briqueterie (Vallon-Dore).

 

Secteur 3
  • C’est le moins habité mais c’est aussi le plus vaste.
  • Il intègre l’ensemble des quartiers et lotissements compris entre la Mairie annexe de Plum et la baie de Port Boisé dans les limites sud de la commune.
  • Il comprend quatre risques bien distincts : 
    • inondation : le secteur habité de Plum dans lequel on retrouve le PCA 3 et son centre d’accueil regroupés à l’école Les éoliennes (Plum),
    • industriel : l’usine de VALE NC,
    • feu de forêt : la zone inhabitée du grand sud,
    • cyclone : l’île Ouen et sa tribu d’Ouara, inaccessibles par temps de cyclone. L’école primaire constitue le centre d’accueil et abrite le PC 5.

 

Les risques majeurs

Une bonne connaissance des différents risques majeurs (accident grave ou catastrophe naturelle) pouvant survenir au Mont-Dore est nécessaire pour bien organiser les secours. Le plan communal de sauvegarde s’appuie donc sur une analyse détaillée des risques auxquels est exposée la population.

Deux types de risques peuvent survenir sur le territoire communal : naturel ou technologique.

 

Le risque naturel

C’est par exemple un feu de forêt, une inondation, un glissement de terrain, ou encore un séisme, un cyclone, un tsunami...

 

Le risque technologique

C’est par exemple un incendie, une explosion, une émanation de gaz toxique ou radioactif sur des sites fixes (site industriel) ou de transit (transport de matières dangereuses). Cela peut être aussi une rupture de barrage hydraulique.

 

Parce que protéger c’est aussi et d’abord informer les populations, la Ville a édité un document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM). Il aborde les différents risques et les conduites à tenir. Le DICRIM est disponible en Mairie ou en téléchargement. Gardez-le toujours à portée de main !

Télécharger le document d’information communal sur les risques majeurs en bas de page

 

LE CENTRE D'INCENDIE ET DE SECOURS (CIS)

Le centre d’incendie et de secours a pour mission de garantir la sécurité des personnes, des biens et de l’environnement. Avec la police municipale et la direction des services techniques et de proximité, il constitue un maillon essentiel du plan communal de sauvegarde, déclenché en cas de catastrophe majeure telle qu’un cyclone ou une inondation.

 

Les interventions

Répartition des interventions

Interventions

 

Le centre d’incendie et de secours de la ville du MONT-DORE réalise annuellement entre 1500 et 1600 interventions. Le secours à victimes représente 45,67 %, les accidents de la voie publique représentent 8,18 %, les incendies en zone urbaine 10,49 %, les feux en espaces naturels ou végétalisés 5,74 % et les opérations diverses 29,9 % de nos interventions.

 

Prévention appliquée à l'opération

Accueil de stagiaires, exercices d’évacuation des établissements scolaires, exercices d’évacuation des établissements communaux, formations des jeunes sapeurs-pompiers, formation interne, conseil et soutien auprès des associations ayant de leur objet une mission d’utilité publique, membre des commissions de sécurité, suivi de la défense extérieure contre l’incendie et protection des forêts contre les feux, suivi des plans de secours, suivi et mise à jour des moyens de secours dans les établissements recevant le public (plans d’évacuations et d’interventions, extincteurs), renforce les centres d’accueils lors du déclenchement du plan communal de sauvegarde, arme les postes de secours lors d’événements sportives ou culturels de la ville, organise les campagnes de recrutement des pompiers volontaires et de la réserve citoyenne, réalise le budget du service.

 

Prévenir les incendies

  • L'arrêté du Maire

    Selon l'Arrêté N° 020-14 du 13/01/2014, « sur l’ensemble du territoire de la commune du Mont-Dore, il est interdit en tout temps et à toute personne de porter, d’allumer du feu, de jeter des objets en combustion ainsi que de fumer à l’intérieur et jusqu’à une distance de deux cents mètres, des espaces naturels constitués des forêts, bois, sous-bois, landes, broussailles, savanes, maquis, plantation ou reboisements».

  • Les feux de déchets végétaux
    Les feux de déchets verts (en tas) sont tolérés uniquement durant la période du 1er avril au 30 septembre, sous réserve du respect des conditions suivantes :
    • Vent inférieur à 15 nœuds
    • Respecter une distance minimum de 20m des habitations ou mettre le feu dans un fut adapté sécurisé par un point d’eau
    • Avoir au préalable décapé à sol nu l’emplacement et le pourtour du foyer
    • Surveiller attentivement le feu et ne l’abandonner qu’après l’avoir éteint et recouvert de terre

      Les feux de déchets verts sont strictement interdits du 1er octobre au 31 mars. Tout contrevenant peut se voir réclamer le remboursement des frais engagés par la Ville en cas d’intervention et est passible de sanctions pénales.

      Les bons gestes

      La prévention des feux de forêt est l'affaire de tous. Suivre quelques règles simples peut éviter le pire.

    • Pas de débroussaillage par le feu
    • Débroussailler son habitation dans un rayon de cinquante mètres
    • Ne pas fumer dans les espaces naturels sensibles (bois, forêt, maquis)
    • Pas de dépôt sauvage de déchets
    • Ne pas jeter de mégot par la vitre de la voiture
    • Pas de barbecue en pleine nature
    • Alerter les pompiers de tout feu non surveillé ou de fumées suspectes

 

Contact

Centre d'Incendie et de Secours
Tél. : 43 68 04 ou 18 urgence
Courriel : cis@ville-montdore.nc
88 rue des Gaïacs, La Coulée

 

LA RÉSERVE CITOYENNE

En 2017, la Ville du Mont-Dore a créé une réserve communale de sécurité civile appelée « Réserve citoyenne ». Composée de membres bénévoles, placés sous l'autorité de Monsieur le Maire du Mont-Dore, cette réserve est chargée d'apporter son concours dans les situations de crise, les actions de préparation et d'information des populations de la commune ainsi que le rétablissement post accidentel des évènements. Elle contribue à ces actions en s'appuyant sur les solidarités locales et en les développant.

La Réserve Citoyenne de la Ville du Mont-Dore a pour vocation d'agir dans le seul champ de compétences communales. Elle ne doit en aucune manière se substituer ou concurrencer les services publics de secours et d'urgence. Son action est complémentaire et respectueuse de celle des associations de sécurité civile, caritatives, humanitaires ou d'entraide.

 

Les missions :
  • Participation à des patrouilles préventives dans le but d'informer les populations sur les dangers des incendies de forêt, d'alerter le Centre d'incendie et de Secours en cas de départ de feu et d’effectuer les premières reconnaissances avant l’arrivée des secours ;
  • Participation à des exercices de gestion de crise ;
  • Participation au guidage des services de secours extérieurs sur les sites des sinistres, à la mise en place de périmètres de sécurité, à la mise en place des conditions d’accueil d’urgence des populations, etc.

 

La Réserve Citoyenne de la Ville du Mont-Dore peut faire appel, sur la base du bénévole, à des citoyens de tous âges (à partir de 18 ans), de tous corps de métiers, résidant ou non sur le territoire de la commune du Mont-Dore. Cet engagement est formalisé par la signature conjointe d'un acte d'engagement.

 

PLAN LOCAL DE SÉCURITÉ (PLS)

La sécurité c’est l’affaire de tous et c’est donc en commun que ce sujet doit être abordé et traité. La Ville du Mont-Dore a mis en place un partenariat actif et permanent entre tous les acteurs : police, gendarmerie mais également la société civile pour préserver la sécurité au Mont-Dore. C’est un effort permanent et collectif qui doit être mené pour améliorer la qualité de vie de tous. Le Plan Local de Sécurité répond à cette préoccupation.

  • Favoriser l'échange d'informations, définir des objectifs à atteindre et organiser l’intervention coordonnée des différents partenaires.
  • Dresser un constat des actions existantes et encourager les initiatives nouvelles.
  • Élaborer et mettre en œuvre l’évaluation du CLS.

 

Le comité de pilotage permanent, le Conseil local sécurité et prévention de la délinquance (CLSPD)

Le CLSPD se réunit à l'initiative de son Président, au moins une fois par an. Il se réunit en outre de droit à la demande du Haut-Commissaire de la République ou du Procureur de la République, ou de leurs représentants, ou de la majorité de ses membres.

Le conseil est composé de trois membres de droit et de divers représentants :

  • le Maire ou son représentant ;
  • le Haut-commissaire de la République ou son représentant ;
  • le Procureur de la République ou son représentant ;
  • le Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ou son représentant ;
  • le Président de l'assemblée de la province Sud ou son représentant ;
  • des représentants des services de l’Etat désignés par le Haut-commissaire de la République ;
  • des représentants des autorités coutumières, des représentants d’associations, établissements ou organismes œuvrant notamment dans les domaines de la prévention, de la sécurité, de l’aide aux victimes, du logement, des transports collectifs de l’action sociale ou des activités économiques, désignés par le président du conseil local de sécurité après accord des responsables des organismes dont ils relèvent.

Le CLSPD constitue le cadre de concertation sur les priorités de la lutte contre l’insécurité et de la prévention de la délinquance dans la commune. Il favorise l’échange d’informations entre les responsables des institutions et organismes publics et privés concernés, et peut définir des objectifs communs pour la préservation de la sécurité et de la tranquillité publiques. Enfin, le CLSPD assure l’animation et le suivi du contrat local de sécurité lorsque le maire et le Haut-commissaire de la République, après consultation du procureur de la République et avis du conseil, ont estimé que l’intensité des problèmes de délinquance sur le territoire de la commune justifiait sa conclusion.
Au sein du CLSPD du Mont-Dore, il est formé un comité restreint composé des neuf (9) membres. Le comité restreint veille à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des actions de prévention et de sécurité définis par le CLSPD. Il joue un rôle de coordination et d’impulsion de ces actions.
Au sein du CLSPD du Mont-Dore, il est aussi formé un observatoire communal de sécurité. Cet observatoire est chargé :

  • De recueillir les informations relatives à l'évolution quantitative et qualitative de la délinquance ;
  • D'affiner l'analyse de la délinquance par quartier ;
  • D’établir un bilan d’étape pour les actions dont les membres sont les pilotes ;
  • De répondre aux demandes d’avis qui lui sont soumises par le CLSPD, le CLSPD restreint ou le coordonnateur du CLS ;
  • De soumettre toute proposition susceptible de rendre plus efficace la politique de prévention de la délinquance et de la sécurité.

 

Les objectifs et les actions prioritaires du CLS

À la suite aux réunions du C.L.S.P.D qui se sont tenues le 4 avril 2011 et le 18 août 2011 puis aux propositions faites par les groupes de réflexion qui l’ont suivie, sept axes prioritaires ont pu être identifiés :

  • AXE I : prévenir et traiter la délinquance des mineurs et des jeunes majeurs et améliorer la tranquillité publique et le traitement des incivilités ;
  • AXE II : Renforcer la prévention et la lutte contre l’alcoolisme et la toxicomanie ;
  • AXE III : Prévention par les actions éducatives ;
  • AXE IV : Prévention et intégration par les pratiques culturelles ;
  • AXE V : Prévention et intégration par les pratiques sportives ;
  • AXE VI : Développer l’aide aux victimes ;
  • AXE VII : Renforcer la synergie entre les acteurs et améliorer la connaissance et le traitement de la délinquance.

 

SERVICE D’HYGIÈNE ET DE SANTÉ PUBLIQUES (SHSP)

La mission principale du service d’hygiène et de santé publiques (SHSP) est de coordonner les actions de prévention en matière de santé publique (épidémies, lutte antivectorielle), de salubrité publique (terrains insalubres, nuisances, pollutions) et de qualité des eaux (contrôle des eaux de baignade, eaux résiduaires et eaux de consommation) sur la commune.

À cet effet, le service procède aux enquêtes nécessaires, applique la police administrative du maire en matière de salubrité publique et prend des mesures de protection des personnes.

 

Contact

Service d'hygiène et de santé publiques
Tél. : +687 43 71 06
Courriel : hygiene@ville-montdore.nc
Direction de la Sécurité (bâtiment de la prévention), Complexe sportif Victorin-Boewa, 3884 Avenue des Deux Baies, à Boulari
Ouvert du lundi au vendredi de 7h15 à 15h30

 

LUTTE ANTI-VECTORIELLE

Sous l’égide de la direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS-NC), la Ville intervient contre les moustiques Aedes aegypti qui constituent des vecteurs d’arboviroses (dengue, chikungunya et zika). Alertés par la DASS-NC lorsqu’un cas est avéré, les agents du SHSP interviennent au domicile de la personne malade ainsi qu’aux alentours afin d’appliquer le protocole de lutte antivectorielle.

En cas d’épidémie de dengue, de Zika et de chikungunya, une communication est faite par la Ville aux administrés et des actions de prévention et de sensibilisation sont menées dans les quartiers concernés.

De plus, suite au succès du projet World Mosquito Program (WMP) déployé sur la Ville de Nouméa entre 2019 et 2021, la Ville du Mont-Dore a participé au programme de septembre 2021 à octobre 2023. Ce programme a pour but d’endiguer le risque d’épidémies d’arboviroses en Nouvelle-Calédonie et de réduire l’utilisation des pesticides.

La Ville est également investie dans la lutte contre les rongeurs, qui peuvent transmettre la leptospirose. Alertés par la DASS-NC lorsqu’un cas est avéré, les agents du SHSP interviennent au domicile de la personne malade ainsi qu’aux alentours.

Les bâtiments municipaux, les installations sportives, les écoles et les cantines font l’objet de campagnes de dératisation.

En cas d’épidémie de Leptospirose, une communication est faite par la Ville aux administrés et des actions de prévention et de sensibilisation sont menées dans les quartiers concernés.

Service d'hygiène et de santé publiques
Tél. : +687 43 71 06
Courriel : hygiene@ville-montdore.nc
Direction de la Sécurité (bâtiment de la prévention), Complexe sportif Victorin-Boewa, 3884 Avenue des Deux Baies, à Boulari
Ouvert du lundi au vendredi de 7h15 à 15h30

PROJET WOLBACHIA

Le World Mosquito Program (WMP) est un programme, développé par l’université de Monash en Australie, visant à réduire les épidémies de dengue, de Zika et de chikungunya.

Il repose sur l’introduction dans les moustiques Aedes aegypti, d’une bactérie naturelle et inoffensive appelée Wolbachia, qui présente la particularité de bloquer la réplication des virus de la dengue, du Zika et du chikungunya dans le corps de l’insecte. Cette bactérie est présente naturellement dans environ 60 % des espèces d’insectes et ne présente pas de danger connu pour l’homme et les autres mammifères. Afin d’introduire la bactérie Wolbachia dans les populations naturelles de moustiques, il est nécessaire de lâcher des moustiques Aedes aegypti porteurs de cette bactérie. Les moustiques qui ont la bactérie remplacent progressivement les moustiques sauvages et deviennent par conséquent incapables d’assurer une transmission efficace des arbovirus à l’homme.

Sur la commune, le projet a débuté en septembre 2021 avec les premiers lâchers de moustiques dans les quartiers Nord entre janvier et juin 2022 et dans les quartiers Sud de novembre 2022 à avril 2023.

Les premiers résultats sont très encourageants avec l’absence d’épidémies depuis 2019 en Nouvelle-Calédonie. Cela dit, il faudra attendre encore 1 ou 2 ans avant de pouvoir affirmer que cet effet est bien le fruit de la mise en place du WMP.

Les relevés effectués au mois d'avril 2023 dans les quartiers Nord de la commune montraient qu’en moyenne, 72 % des moustiques Aedes aegypti présents étaient porteurs de la bactérie Wolbachia

Dans les quartiers Sud de la commune, les relevés effectués au mois d'octobre 2023 montraient qu’en moyenne, 70 % des moustiques Aedes aegypti présents étaient porteurs de la bactérie Wolbachia

Le progamme WMP s'est achevé en octobre 2023 sur la commune, mais les taux continuent de progresser au cours du temps. Afin de surveiller cette progression, un suivi à long terme a été mis en place prévoyant un contrôle de la population de moustiques 1 fois par an, en mars-avril. 

Évolution du taux de Wolbachia au Mont-Dore :

Derniers relevés 2023 : 

  • Quartiers Nord : 72 %
  • Quartiers Sud : 70 %

 

SALUBRITÉ PUBLIQUE

Au-delà des actions de lutte antivectorielle et de la surveillance effectuée par les agents de la Ville, les administrés peuvent également contacter la mairie pour signaler la présence inhabituelle de moustiques, de rongeurs, ou encore des situations susceptibles d’impacter la salubrité publique : inondation, tuyau d’assainissement cassé, terrain embroussaillé, pollution, présence de déchets, nuisances liées à des maisons abandonnées ou à des activités réglementées, etc…

La Ville dépêche alors des contrôleurs afin d’inspecter les lieux et déterminer la source du problème.

Dans un second temps, le SHSP alerte le propriétaire des lieux, avant d’effectuer, au besoin, une mise en demeure pouvant aboutir à des sanctions.

Toute personne peut réaliser un signalement d'insalubrité.

 

QUALITÉ DES EAUX DE BAIGNADE

Dans le cadre de la surveillance de la qualité des eaux, la Ville a mis en place un plan de contrôle des eaux de baignade, un plan de surveillance des eaux de ruissellement (ou eaux résiduaires) et un suivi de la qualité des eaux de consommation (inclus dans le contrat de délégation de service public).

La surveillance des eaux de baignade est assurée réglementairement par la direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS-NC) qui effectue une analyse mensuelle pendant la période estivale, de décembre à avril sur 4 plages de la commune.

Afin de compléter cette surveillance, la Ville a mis en place depuis 2019 son propre plan de contrôle des eaux de baignade avec une analyse mensuelle en été et bimestrielle en hiver sur 5 plages et 2 rivières de la commune.

En cas de dépassement des seuils de qualité, la Ville émet un arrêté d’interdiction de baignade affiché sur place et communiqué au public. L’arrêté est levé après une contre-analyse montrant un retour à la normale.

Depuis 2021, l’arrêté n°98/21 du 12 février 2021 déconseille la baignade pendant et après les fortes pluies et tant que la couleur de l’eau n’est pas limpide pour une durée de 48h pour les plages et 72h pour les rivières. Cet arrêté s’applique en cas de « vigilance orange » fortes pluies et orages ou de d’alerte cyclonique accompagnée de fortes pluies, à toutes les plages et rivières de la commune.

Liste des plages et rivières contrôlées par la Ville :

  • Plage Carcassonne (Plum)
  • Plage du parc LEKO (Vallon-Dore)
  • Plage des Piroguiers (Plum)
  • Plage de la SIESTA (Plum)
  • Plage de la salle des communautés (Vallon-Dore)
  • Rivière des pirogues
  • Rivière La Coulée

La Ville a également fait réaliser depuis 2017 (en collaboration avec la DASS-NC), plusieurs études d’élaboration du profil des eaux de baignade pour les plages les plus fréquentées de la commune. Ces études ont permis d’identifier les sources potentielles de pollution à surveiller et les aménagements à apporter à chaque plage afin d’améliorer le confort des usagers.

 

Résultats des analyses d'eau de baignade :

Prélèvements d'avril 2024 :

Plage Carcassonne (Plum)Eau de bonne qualité,
baignade autorisée
Plage du parc LEKO (Vallon-Dore)Eau de bonne qualité,
baignade autorisée
Plage des Piroguiers (Plum)Eau de qualité moyenne,
baignade autorisée
Plage de la SIESTA (Plum)Eau de bonne qualité,
baignade autorisée
Plage de la salle des communautés (Vallon-Dore)Eau de bonne qualité,
baignade autorisée
Rivière des piroguesEau de bonne qualité,
baignade autorisée
Rivière La CouléeEau de bonne qualité,
baignade autorisée
mont-dore

Fichiers à télécharger

Plan communal de sauvegarde

Dépliant - Risques majeurs

Dépliant - Tranquillité vacances

ACTE D’ENGAGEMENT DANS LA RÉSERVE CITOYENNE DE LA VILLE DU MONT-DORE

DÉCLARATION DE PERTE

DÉCLARATION DE PERTE PAPIER IDENTITE

DEMANDE D’AUTORISATION DE CIRCULATION POUR TRANSPORT EXCEPTIONNEL

NUISANCES SONORES : dues aux animaux

OPÉRATION TRANQUILLITÉ VACANCES

Arrêté N° 15-23 du 12/01/2023 - La pêche au requin dans la bande littorale des 300 mètres du trait de côte et des îlots

Arrêté 372.22 du 06 juillet 2022 - Élagage et coupe des arbres sur la commune

Arrêté 654.22 du 25 octobre 2022 - Implantation des ruches sur la commune

Arrêté N° 06-21 du 08/01/2021 - Les conditions d’accès et d’utilisation des installations de toutes promenades et parcours de santé de la commune

Arrêté 20.14 du 13 janvier 2014 - Emploi du feu sur la commune

Arrêté 360.07 du 28 décembre 2007 - Lutte contre les nuisances sonores

Arrêté N° 56-07 du 30/03/2007 - Les nuisances causées par les animaux et leur divagation

Arrêté N° 200-06 du 19/10/2006 - Dépôt de déchets verts aux fins de ramassage et d’enlèvement

Arrêté N° 246-06 du 04/12/2006 - Interdiction de couper et de ramasser du bois sur les terrains municipaux