Saint-Louis vu du ciel Imprimer
Saint-Louis vu du ciel
Étendu sur plus de 2000 hectares, courant de la montagne à la mer, traversé par une rivière généreuse et marqué par la présence de la Mission, le quartier de Saint-Louis est un concentré de Nouvelle-Calédonie. À découvrir accompagné et à petits pas.
C’est un quartier qui se mérite. Le père Rougeyron en sait quelque chose puisqu’il tente d’y débarquer par la mer, dans l’embouchure de la Thy, dès 1856. Avant de renoncer et d’y revenir, trois ans plus tard et mieux préparé. En octobre 1959, la première Mission de Saint-Louis est fondée au bord de la mer, dans le quartier actuel de Saint-Jean. Pour des raisons pratiques, le père Vigouroux décide ensuite de déplacer la Mission sur les hauteurs, à l’endroit où l’église au toit rouge se dresse encore aujourd’hui. Mais très vite, il se rend compte de la nécessité absolue de faire monter l’eau, fait creuser un canal et construire une roue. Celle-ci alimentera à la fois ou successivement, une usine à sucre, une scierie, un moulin à grains, des rizières, la première imprimerie du territoire...

Aujourd’hui abandonnées, les infrastructures sont toujours visibles, derrière l’église et le presbytère. Mais c’est de l’autre côté de la Thy, en redescendant dans la vallée, que l’on découvre le coeur battant de Saint-Louis. Quadrillé en quartiers regroupant les différents clans qui se partagent la terre, le centre de Saint-Louis grouille de vie. Son statut particulier de terre coutumière et sa réputation de « zone sensible » cache une réalité : le formidable potentiel d’un lieu où l’agriculture, les vergers et même le tourisme pourraient prospérer. Mais auparavant, un maillage cohérent qui faciliterait la proximité entre tous les habitants serait opportun. Saint-Louis : un quartier historique qui n’a pas dit son dernier mot.

Portrait

Chanel Palaou : 150 ans d’histoire au compteur
En 2006, Chanel Palaou prend les rennes de l’association pour le 150e anniversaire de la Mission de Saint-Louis. Depuis, il n’a pas cessé de s’occuper de ce patrimoine et prépare depuis plusieurs mois le mois du patrimoine et les deux jours consacrés à la Mission de Saint-Louis (22 et 23 octobre). « Nos anciens sont arrivés ici avec les curés, en 1856 –à l’embouchure de la Thy-. Il faut faire vivre notre histoire, entretenir et protéger nos sites historiques », souligne cet ancien professeur. Gardien de cette mémoire, Chanel Palaou est tombé dans l’enseignement « par hasard » explique-t-il. Après ses études au séminaire de Païta, il se destine à travailler dans le bâtiment, quand les pères le rappellent pour lui demander d’enseigner à la Mission. En 2011, après 40 années d’enseignement sur tout le territoire, Chanel Palaou a pris sa retraite.

Infos pratiques :
  • Fiche d’identité
    916 habitants.
    2314 hectares dont 46 hectares urbanisés.
  • Président de quartier
    Guy Nemoadjou, tél. 76 46 84 ou 90 53 31.
Bons plans :
  • Mois du patrimoine
    Les 22 et 23 octobre prochain, l’association 150e anniversaire de la Mission organise, comme chaque année, des visites de la Mission de Saint-Louis. Chanel Palaou, l’un des anciens de la tribu, saura vous emmener hors des sentiers battus.
  • Balade
    Au-delà de la Mission, sur le chemin de l’Ave Maria, une petite randonnée de moins d’une heure monte jusqu’à l’ancien site des moines trappistes. Vue imprenable et tranquillité garantie.
Mise à jour le Mercredi, 28 Septembre 2011 15:17
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10