Portrait : Véronique Waneisi, la force tranquille Imprimer

 

VÉRONIQUE WANEISI

 

Nommée chef de la police municipale du Mont-Dore le 1er mars dernier, Véronique Waneisi assure ses nouvelles responsabilités avec humilité. Son mot d’ordre : jouer la carte de la proximité

 

À l’âge où les petites filles rêvent de devenir Miss, Véronique Waneisi caressait le rêve de porter l’uniforme. Pour le prestige. Mais surtout pour apporter sa pierre à l’édifice. « Depuis toute petite, j'ai été éduquée à être juste, à rendre service aux autres, à être quelqu’un de bien. Entrer dans la police faisait déjà sens pour moi (...). Et la question d’être une fille ne s’est pas posée. Ça n’a jamais été un frein. »

 

En 1999, Véronique Waneisi réalise son rêve d’enfant : devenir policière. Après avoir passé le concours de gardien et suivi une formation de six mois au sein de la police municipale de Nouméa, la jeune femme est affectée au Mont-Dore en tant que gardien en brigade de roulement. Elle signe, sans le savoir, le début d’une carrière qui va s’avérer fructueuse. Son intégrité, sa rigueur et sa persévérance lui permettent, au fil des années, de gravir tous les échelons.

 

Une consécration

 

Nommée chef de la police municipale du Mont-Dore le 1er mars dernier, après avoir été l’adjointe de son prédécesseur pendant douze ans, Véronique Waneisi ne peut s’empêcher d’y voir une consécration et « la reconnaissance des autorités supérieures, en particulier celle du maire, Eddie Lecourieux, qui m’a donné cette opportunité. » Impossible non plus de ne pas évoquer son époux et ses enfants qui l’ont toujours soutenue. Ni ses mentors, Laurent Parotu et Marcel Gracia, ses anciens chefs qui lui ont transmis la passion du métier. De cette nomination, elle tire « une grande fierté » qui ne lui fait pas, pour autant, oublier ses priorités : diriger et coordonner le service pour assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques des personnes et des biens sur la commune.

 

À 47 ans, elle a désormais sous ses ordres 35 agents qu’elle côtoie, pour certains, depuis des années.

 

" Renforcer la présence des équipes sur le terrain "

 

« C’est un avantage. J’ai été agent, je connais les réalités et les besoins des brigades. La différence aujourd’hui, c’est que j’ai une double responsabilité : celle de protéger la population et d’assurer la sécurité de mes agents. »

 

Proximité et renfort sur le terrain

 

D’ambitieux chantiers l’attendent d’ores et déjà. Parmi eux, la réorganisation de la police municipale dont la mise en œuvre, d’ici la fin de l’année, d’une brigade motorisée et la consolidation des unités cynophiles et équestres. « L’objectif est de prioriser la proximité avec les populations et de renforcer la présence des équipes sur le terrain. L’idée, c’est aussi de multiplier les interventions dans les établissements scolaires pour faire de la prévention auprès des jeunes. » La tâche ne lui fait pas peur. Pour se ressourcer, elle s’envole pour Lifou, dont elle est originaire, afin notamment de s’occuper de son champ. Un retour aux sources, à la terre, qu’elle fait en famille pour transmettre les traditions de ses aïeux.

 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10