La Coulée, une zone d’attractivité Imprimer

 

Lancée en 1990, la zone industrielle de La Coulée recense une cinquantaine d’entreprises.  Parmi  elles,  la  société  industrielle  Goodman  Fielder  qui  fabrique localement des snacks, des céréales pour le petit-déjeuner, de la farine et les gâteaux de la gamme « La Biscuitière ».
 
Implantée sur le territoire depuis 1998, la société Goodman Fielder a pris ses nouveaux quartiers à  La  Coulée  en  2017  sur  le  site  de  production  de  La  Biscuitière.  Auparavant  située  à  Nouville,  Goodman Fielder a saisi l’opportunité de ce dé-ménagement  pour  renouveler  sa  ligne  de  production  de  produits  extrudés.  Pour  rappel,  de-puis 1998 elle produit localement divers snacks (Curlies,  Twisties,  Ufos...),  et  elle  s’est  lancée,  plus récemment, dans la production de céréales petit-déjeuner   qu’elle   commercialise   sous   la   marque « Island ».
 
De l’export dans la zone Pacifique
 
«  Nous  fabriquons  tous  les  produits  de  La  Bis-cuitière (madeleines, quatre-quarts...), des pains à hamburger pour les fastfoods du territoire ainsi que d’autres produits distribués sous la gamme Quality  Baker  »,  souligne  Hugues  Chevron,  directeur  général  de  Goodman  Fielder  NC.  La  société  fabrique  également  de  la  farine  qu’elle  ensache  à  La  Coulée  par  paquet  (1  kilo)  ou  en  sac  (25  kilos)  commercialisée  sous  la  marque  « Mother choice » ou encore « Farinella ». À court terme,  elle  envisage  de  créer  un  espace  dédié  au stockage des matières premières, des embalages et des produits finis. Forte de 80 salariés, Goodman  Fielder  exporte  ses  produits  depuis  de nombreuses années à Tahiti, au Vanuatu et à Wallis-et-Futuna.
 
Réouverture  de la station-service  Mobil de La Coulée
 
Quatre  mois  après  son  incendie,  la  station  Mobil  a  repris  du  service  dans  un  format  plus  restreint.  Seule  l’une  des  deux  pompes  est  actuellement  en  service,  l’autre  ayant  totalement  brûlé  dans  la  nuit  du  8  au  9  décembre  dernier.  Autre  adaptation,  l’ancienne  bou-tique  ayant  été  très  endommagée  par  les  flammes,  elle  a  dû  être  détruite.  Aussi,  un  container  fait  désor-mais   office   de   mini-boutique,   offrant   un   service   de   proximité   très   apprécié   par   les   habitants   du   Mont-Dore  sud,  et  qui    propose,  notamment,  des  produits  de  première  nécessité.  Pour  des  raisons  de  coût  et  de  logistique,  la  boutique  n'est  plus  ouverte  24/24  comme  auparavant, mais de 5 heures à 21 heures, tous les jours, dans  l’attente  de  sa  reconstruction.  «  Néanmoins,  nous  sommes  ravis  d’avoir  pu  rouvrir  aussi  vite  et  nous  espé-rons retrouver notre pleine activité début 2022, » souligne le gérant, Matthieu Martin.
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10