Un quartier, une histoire Imprimer

 

Le pont de la rivière Bouaïe

Un quartier, une histoire
[Le premier pont de Yahoué.]



Parce qu’il constitue la porte d’entrée vers le Grand Sud, le quartier de Pont-des-Français était historiquement un « point fort » militaire. Le pont qui a permis aux soldats et aux colons de franchir la Yahoué est le premier construit en Nouvelle-Calédonie. En son honneur, le Camp des Français est devenu Pont-des-Français.


Le 25 mai 1859, le Gouverneur Saisset décide de construire un camp sur la rive droite de la Yahoué. Autrefois appelée Bouaïe, cette rivière tient son nom actuel du clan Te Yawe. Les travaux de construction sont réalisés en 1861 par les soldats de la Compagnie disciplinaire. En 1862, le « Camp des Français » est ensuite affecté à la gendarmerie. Il dispose de cinq bâtiments en dur pour trois gendarmes au total. Rapidement, une route relie ce poste à La Conception. À l’endroit où le lit de la rivière est large et profond, la Compagnie disciplinaire construit le premier pont de Nouvelle-Calédonie. Avec une travée offrant un tablier de bois, il est bordé de chaque côté d’une rambarde formée d’un treillis en « X ».

 

Postes et télécommunications

En août 1859 est créé le Service des Postes de Nouvelle- Calédonie. Le Chef de service assure la direction de la Capitainerie du Port (où est installée la poste), de l’Instruction publique, de l’état civil et… du clergé ! Seul le courrier administratif et militaire est acheminé de Port-de- France à Canala (anciennement Napoléonville) par des « porteurs ruraux » kanak qui assurent des relais pédestres de 150 km. Les destinataires de Pont-des-Français, La Conception, Saint-Louis et Dumbéa doivent se déplacer, à pied ou à cheval. Le 1er janvier 1971, Pont-des- Français ouvre son premier bureau de distribution des correspondances. Un cavalier achemine le courrier deux fois par semaine. Installé en 1891 dans la capitale, le téléphone arrivera à la gendarmerie de Pont-des- Français en juillet 1899.

 

Un quartier, une histoire
[Le second "Pont des Français".]



La première école du Sud

En 1885, le Conseiller Delabaume propose de créer une école dans le plus grand bâtiment de la gendarmerie. La première école primaire mixte du Grand Sud fait sa rentrée en 1886. Auparavant préposé des Postes au Pont-des-Français, François Gérard est nommé instituteur et directeur. Il n’aura qu’un pas à faire pour occuper ses nouvelles fonctions ! Huit de ses descendants exerceront le même métier.

 

L’école primaire jouxte le bureau de poste et la gendarmerie. En 1940, les effectifs sont réduits à un seul gendarme et son épouse est affectée au bureau de poste. Jusqu’en 1966, l’enseignante est Madame Dubé. La hausse du nombre d’écoliers nécessitera ensuite l’ouverture d’une nouvelle école. L’école maternelle La Farandole s’installera plus bas. Aujourd’hui, l’école primaire Hélène- Chaniel est constituée de trois bâtiments. M. Michel Luepak, originaire de Lifou, est un des premiers directeurs.

 

Bière, restaurants et cinéma

En mars 1868, la société Bonnemaison et Cie voit le jour au Pont-des-Français. Elle regroupe MM. Bonnemaison, Devert et Gardemaux, ces derniers étant brasseurs. Il s’agit de la première fabrique de bière locale. En 1887, M. Moreau est autorisé à créer un abattoir sur sa propriété. En 1892, un restaurateur s’installe à 1 km de la gendarmerie. Début 1900, l’hôtel de la Poste, de Mme Gérard, et l’hôtel du Pont-des-Français, de Mmes Draghicevitz puis Le Fee, ouvrent leurs portes. Dans les années 1930-1940, le restaurant de la Roche- Grise sera tenu par M. Bourghis et René Goeytes. Cette roche grise est de la rhyolite. Elle sera exploitée par la carrière Audemard qui constitue toujours l’activité industrielle la plus importante du quartier.

 

Des parkings de vente de bateaux et voitures ouvriront dans les années 1970, en plus des commerces classiques, avec, plus récemment, une station-service et une galerie commerciale. Enfin, on ne peut pas citer le Pont-des-Français sans évoquer le cinéma Drive-In puis la foire qui se tient chaque dimanche sur l’ancien lieu de projection. Le cinéma en plein air de la famille Hickson est appelé à renaître sous le nom de CinéSud. Affaire à suivre…

 

Un quartier, une histoire
[Activité dominicale au Drive-in du Pont-des-Français]



Fiche technique

Superficie : 1,83 km2 (183 ha)

Quartiers limitrophes : Nouméa, Yahoué, La Conception

Population : 946 habitants (recensement de 2019) contre 491 hab. en 1989

Densité : 516,9 hab./km2 (Mont-Dore : 43 hab/km2).

Équipements économiques : carrière, véhicules d’occasion, centre commercial, station-service, bureau de poste

Productions agricoles : maraîchage

Équipements scolaires : école maternelle La Farandole, école primaire Hélène-Chaniel

Équipements sportifs : terrain de football

Loisirs : bibliothèque municipale Denise Frey, foire aux affaires

Restaurants : restaurants, snacks, pizzeria.

 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10