Accueil Mont-Dore pratique Mon quartier Saint-Louis
 
Saint-Louis Imprimer

Saint Louis

Carnet d'adresses

Carnet d'adresses  

Hier

Saint-Louis hier

La mission de Saint-Louis a célébré ses 150 ans en 2006

La fondation de Saint-Louis, le "petit Vatican"

En 1843, Monseigneur Douarre fonde les premières missions de Nouvelle-Calédonie dans le Nord. Mais les débuts sont difficiles : sécheresse, famine, épidémies, hostilité de certaines tribus, la mission de Balade est attaquée, le frère Blaise Marmoiton est tué, la mission de Pouébo, incendiée.
Sous la pression des événements, le père Rougeyron fonde alors les réductions (nom de village géré par des religieux et où sont regroupés des chrétiens) de La Conception en 1855 puis celle de Saint-Louis, en 1856 avec les néophytes de Pouébo et de Balade.
La plaine fertile de Saint-Louis se transforme alors pour devenir la plus prospère des missions de Nouvelle-Calédonie. Toute une infrastructure, dans un fonctionnement d’autosuffisance se met en place.

Les écoles, cœur culturel et spirituel
Les écoles prospèrent avec la création d'écoles primaires de filles et de garçons et d'une école professionnelle. A l’emploi du temps des élèves : matières classiques, mais aussi travaux des champs pour tous, ateliers de menuiserie, forge et ouvroir pour les filles avec couture.

En 1855, c'est un juvénat de catéchistes, appelés tertiaires, qui voit le jour, suivi, en 1892, d’un petit séminaire indigène. C’est là aussi que se donnent les exercices spirituels : retraites des différentes congrégations, quartier général pour les visiteurs, lieux de repos et de retraite pour les religieux.

Les pionnières de l’éducation

Sur la demande des pères maristes, les sœurs missionnaires de la Société de Marie, toutes originaires de Lyon, arrivent dès 1858, pour s’occuper de l’éducation des enfants.
Sœur Marie de la Croix ouvre, en 1865, la première école de filles indigènes. Éducatrice hors pair, elle sert d’exemple à ses élèves. En 1874, un groupe de filles exprime le désir de se consacrer à Dieu et à la mission. Avec l’aide de Monseigneur Vitte, elles deviennent « les petites-filles de Marie » en 1875.
La congrégation, première congrégation locale, prend de l’importance, et en 1952, l’œuvre part sur la colline du Thabor. En 1956, elle a sa première supérieure générale : sœur Marie Liguori. Dans l’enseignement ou le social, elle poursuit l’œuvre de sa fondatrice.

L’église

Le maître d’œuvre, le père Vigouroux, achève l’église en 1868, l’escalier et la voûte sont ses chefs d’œuvre. La première église de Calédonie est bénie le 8 septembre 1868 et son clocher n’est achevé qu’en 1878.

L’usine, cœur mécanique de Saint-Louis

Le père Vigouroux, chargé de l’installation de la mission, la transporte du bord de mer sur la colline actuelle. C’est lui qui, dès 1860, a l’idée de la roue hydraulique alimentée par déviation canalisée de la Thy.
De la maîtrise de l’eau, naît une usine, grâce à une succession d’utilisations incroyables : scierie d’où sortent planches, madriers, charrettes et même un bateau, l’Arche d’Alliance, qui permet aux pères d’aller en Australie et de faire le tour des missions ; une forge et chaudronnerie ; une usine à riz et le moulin à grains ; une usine à sucre avec deux turbines reliées à 5 chaudières, un moulin à broyer la canne et… un alambic ! Les 14 hectares donnent un sucre magnifique, mais aussi un délicieux rhum (48° à 50°). La première imprimerie du territoire est installée en 1897, elle imprimera notamment des catéchismes en diverses langues et, en 1889, un almanach.

La grande période des rizières

La culture de la canne à sucre s'arrête et commence la grande période des rizières. Dans les années 1939-1945, les familles japonaises cultivent le riz, puis ce sont les familles vietnamiennes (dans les années 1945-1954). La culture est reprise par la coopérative rizicole de Saint-Louis avec une mécanisation progressive. Toute une vie de labeur, les pieds dans l’eau, du matin au soir, car le riz demande beaucoup de main-d’œuvre… Il n’y a pas une famille de Saint-Louis, ni un gamin qui n’avaient « mis pieds aux rizières ».
La belle aventure s’arrête, quand la machine à moissonner arrive trop tard, les grains trop mûrs sont tombés. Pour la première fois, depuis un siècle, on ne récolte rien…

Saint-Louis en quelques dates
  • 1860 : construction du canal de 2 km de long (un an de travail) et de la digue (30 mètres de long, 3 mètres de large).
  • 1868 : 400 vaches, 1 laiterie fromagerie, 500 moutons, 100 chèvres.
  • 1868 : un camp de condamnés et un camp de Malabars pour la culture de la canne.
  • 1874 : la population atteint 300 personnes de différentes tribus.
  • 1881 : la production de fruits s'étend aux pêches, oranges, ananas et même aux dattes.
  • 1885 : production de 200 litres de vin rouge que le père Vigouroux « se faisait un plaisir d’offrir à ses visiteurs ».
  • 1894 : trois cases sont construites pour le cinquantenaire de la mission.
  • 1897 : 60 000 pieds de café.
  • 1908 : 102 garçons et 67 filles dans les écoles.
  • 1914 : un générateur donne l’électricité.
  • 1922 : les camphriers ont un taux de camphre de 1,48 %.
  • 1955 : 15 hectares de riz, 200 personnes aux rizières.


Merci à : Madame Monique Villisseck, les archives de l’archevêché et les archives territoriales de la Nouvelle-Calédonie.

Pour en savoir plus sur l’histoire du Mont-Dore, cliquer ici !

Aujourd'hui

Saint-Louis aujourd’hui

Superficie : 3 213 hectares

La tribu de Saint-Louis est composée d’un groupement de mélanésiens rassemblés successivement à des époques différentes : originaires de Touho, natifs de Yahoué et du Mont-Dore, mélanésiens de l’Île Ouen, originaires de Païta, réfugiés de Boulouparis éloignés lors de la révolte de 1878 et une maison de chefferie, les Wamytan. Ce n’est donc pas une « tribu » proprement dite mais un regroupement d’hommes d’origines diverses géré néanmoins par une chefferie.

Equipements

Équipements

Écoles 
  • École maternelle et primaire catholique de Saint-Louis
  • Collège Marie-Reine Thabor
  • CFPPA

Saint-Louis appartient au secteur scolaire de « La Coulée »

En savoir plus sur les établissements scolaires, cliquer ici !
En savoir plus sur la carte scolaire du Mont-Dore, cliquer ici !

Équipements sportifs
  • Plateau sportif du collège Marie-Reine Thabor (volley-ball, basket-ball)
  • Deux terrains de football (route de la Thi et route de la tribu de Saint-Louis)

 

Associations

Associations

Mise à jour le Mardi, 10 Février 2015 11:53
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque