Accueil Les alertes Portrait : Suzy Hamblin, mémoire de la commune
 
Portrait : Suzy Hamblin, mémoire de la commune Imprimer
portrait 1
Elle a travaillé avec sept maires différents. Suzy Hamblin vient de prendre sa retraite après 43 ans de carrière au sein de l’équipe communale.

 

« Quand le téléphone sonne à la maison, j’ai tendance à répondre : cabinet du maire, bonjour ! » Suzy Hamblin a pris sa retraite le 15 décembre dernier, après 43 ans de carrière au service de la commune du Mont-Dore. À 61 ans, elle démarre une nouvelle vie dans sa maison de Saint-Michel, où elle a élevé ses deux filles en parallèle de son travail très prenant de secrétaire.

« Ça fait du bien de se lever sans regarder l’heure. J’ai du temps pour me consacrer à ma famille et à ma maman qui est âgée », souligne la Mondorienne. Chaque matin, Suzy continue de suivre l’actualité dans le journal, et elle retourne prendre un café avec ses anciennes collègues une fois par semaine.

 

"À l’époque, la mairie était isolée entre la mer et les collines..."

 

On ne stoppe pas du jour au lendemain une carrière qui s’étend à travers sept mandatures, au plus près des grandes transformations de la commune. C’est le maire Boniface Brukoa qui l’avait recrutée le 14 décembre 1976. « Je venais d’obtenir mon BEP de « sténodactylo ». J’ai eu un rendez-vous dans l’après-midi. J’ai commencé à travailler le lendemain ! »

 

« En 1977, la commune était toute petite »

 

Une aubaine pour la jeune fille de 18 ans, qui vivait avec sa famille à La Conception. « À l’époque, la commune était toute petite, il n’y avait pas beaucoup de possibilités d’emploi. »

 

Après un premier poste aux ateliers municipaux, elle a intégré le secrétariat de la mairie, dès 1977. « On faisait tous les services, alors qu’aujourd’hui, il y a presque un poste pour chaque fonction », se souvient la retraitée. Ses missions s’étendaient de l’accueil du public à la préparation des dossiers de mariage, en passant par les prises de notes du Conseil municipal.

 

Son métier a aussi profondément changé sur le plan technique. Elle a utilisé la première machine à écrire électronique de la commune, avant de passer sur ordinateur au milieu des années 1980. Suzy garde un souvenir positif de tous ces changements : « L’informatique a simplifié beaucoup de choses, même si le papier et le stylo sont restés irremplaçables dans de nombreux cas. »

 

Puis, en 1987, les services municipaux ont intégré les nouveaux locaux de Boulari. « À l’époque, la mairie était isolée entre la mer et les collines... On trouvait que c’était immense. Il y avait beaucoup de bureaux inoccupés... » La jeune femme était encore loin de pouvoir imaginer la dimension que sa commune allait prendre dans les décennies suivantes. Elle travaillera d’abord au secrétariat général, avant de passer par l’état civil, le service du personnel, la comptabilité et, enfin, le cabinet du maire, où elle vient de terminer sa carrière après plus de dix ans de service.

 

Ce qu’elle a préféré dans son parcours ? « C’est le relationnel, répond Suzy sans hésiter. Encore récemment, certains administrés venaient me voir quand ils ne connaissaient pas les nouveaux agents d’accueil. Je recevais aussi les personnes en colère. Je les laissais s’exprimer et puis ça redescendait... »

Après avoir participé à l’organisation des six dernières élections, elle concède qu’elle aura un pincement au coeur en mars prochain. « Mais j’ai déjà prévenu que je pouvais me rendre disponible si besoin ! »

Mise à jour le Lundi, 17 Février 2020 08:54
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10