Un quartier, une histoire : La Coulée Imprimer
alt

Un quartier, une histoire : La Coulée

Les kaoris qui bordaient ses rives ont donné leur nom à La Coulée. Ce lieu de passage chargé d’histoire a vu l’arrivée de populations dont les traces sont parfois visibles. Voyage au fil d’une rivière qui a connu bien des remous.

 

Si l’on avait traduit son nom d’origine « Poueta Koure », ce quartier du Mont-Dore s’appellerait aujourd’hui « Rivière-des- Kaoris ». Au fil des ans, il est devenu « Koure », puis « Koulé », pour finir en « La Coulée ».
 
Avant 1854, l’autorité du chef Kandjo s’étendait des flancs du « Mont d’Or » jusqu’à la plaine de la rivière Thy. Sur la droite de l’embouchure de La Coulée, au coeur d’une forêt de bois de fer, se trouvait alors le village de Nekoue (ou Nagoue).
 
Non loin de là, un lieu coutumier, que les anciens désignaient par Oue N’Gui, présente une échancrure dans le sol longue de plus de 2 mètres. Autrefois, tout voyageur qui passait à cet endroit devait faire une invocation au soleil, lorsque celui-ci se montrait. Plaçant son pied dans l’échancrure, le voyageur suppliait l’astre de ne pas se coucher avant que ses propres pas n’aient atteint la côte Est…

Militaires, colons et condamnés

L’installation européenne à La Coulée remonte au 16 mai 1859, avec la création d’un camp militaire, selon les voeux du Gouverneur Saisset. Le Camp de Moraré voit le jour sur la rive gauche de l’embouchure. Cette présence militaire durera plus d’une décennie, avec l’établissement, en 1892, d’un « polygone de tir » pour l’artillerie. Bien plus tard, une Compagnie de Commandement, d’abord établie à Saint-Louis, prendra place à La Coulée.

 

Arrivé en 1862, le Gouverneur Guillain lance l’exploitation forestière du sud calédonien. Il encourage les colons à s’y installer en leur allouant des terres domaniales sous forme de vente aux enchères, concessions gratuites, vente de gré à gré et location. Il promet l’ouverture d’une route allant du Pont-des- Français au Mont-D’Or, mais celle-ci ne dépassera pas le pont de la Thy.

 

En 1866, les propriétaires et locataires de La Coulée s’appellent Rochefrette, Caselmann, Vallamier, sur la rive droite, et Ray, Percy, Rolland puis Étienne, sur la rive gauche.

Vers 1879, un camp de condamnés (travailleurs et gardiens) s’y installe pour réaliser des travaux routiers et la première passerelle sur la rivière.

 

Retrouvez l'intégralité de la rubrique " Un quartier, une histoire" ici.
Mise à jour le Lundi, 04 Février 2019 14:13
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10