Accueil Archives des actualités La petite pension dans la prairie
 
La petite pension dans la prairie Imprimer
Vendredi, 03 Mai 2013 00:00

Une épicerie solidaire à Boulari

Une pension canine et équine, « Les prairies du Sud », ouvrira d’ici la mi-mai à Mouirange. Un projet porté par Léa Bruyelle, une jeune Mondorienne de 19 ans.

C ’est un rêve d’enfant qui se réalise pour Léa. « J’ai ce projet depuis que je suis toute petite. Je monte à cheval depuis que j’ai 3 ans et j’en possède un depuis mes 15 ans. J’ai aussi 3 chiens, et chaque année, lors des départs en vacances, c’était la galère pour les faire garder. Il n’y avait pas de pension canine et équine sur le Mont-Dore, je devais aller jusqu’à Dumbéa ou Païta. Je me suis dit que ça allait aider les propriétaires d’animaux d’ouvrir cette pension ».



Léa Bruyelle a grandi à La Coulée puis au Vallon-Dore. « Mes parents m’ont acheté une maison à Mouirange sur 3 hectares, dans laquelle nous allons vivre tous les trois. Nous louerons une partie du domaine provincial alentour. Mon père a une entreprise de plomberie dans laquelle ma mère est comptable. Ils vont prendre leur retraitre et m’aider à la pension ». Les prairies du Sud » pourra accueillir jusqu’à une quarantaine de chiens et 7 à 8 chevaux « pour ne pas charger les pâturages ». « Nous construisons tout nous-mêmes : les abris pour les chevaux, les paddocks, le chenil et plus tard les box. Nous serons ouverts toute l’année 7 j/7 pour garder les animaux en convalescence, à la retraite ou pendant les ponts et les vacances ». Après son Bac ES, Léa s’est lancée dans une formation d’auxiliaire de santé animale par correspondance. « Je suis capable de faire des soins, des bandages, des pansements, de la rééducation, je peux aussi administrer des médicaments. Les animaux seront entre de bonnes mains ! »

« Les prairies du sud », à environ 10 min du Casino de La Coulée, sur la route de Mouirange, un panneau publicitaire côté montagne indique le chemin.
Tél : 92 55 53
Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Portrait

Une retraite bien méritée
portrait florie mercier

Claude-May Clavel part à la retraite à la fin du mois de mai, après 35 années de service !

 

« J’ai commencé en 1978 comme cantinière pendant deux ans, puis aide maternelle depuis 1980. J’ai passé 20 ans à l’école La farandole au Pontdes- Français (aujourd’hui groupe scolaire Hélène- Chaniel), avant de rejoindre Les Coccinelles. Je me suis essentiellement occupée des petites sections. J’aime beaucoup les enfants et le monde de l’enseignement. Durant mes premières années, les enfants étaient une quarantaine par classe, il n’y avait que trois maternelles : au Pont-des- Français, au Vallon-Dore et à Boulari.

Puis celle de Yahoué a ouvert, ce qui nous a bien soulagés (…) Aujourd’hui, les enfants sont plus dégourdis, plus éveillés, ils en demandent beaucoup plus aussi. Les méthodes aussi ont évolué, en tant qu’aide maternelle, il faut savoir s’adapter à la façon de travailler des institutrices ». Même si Claude-May reconnaît que les enfants et les collègues lui manqueront, d’autres occupations l’attendent. « Je vais voyager, j’aimerais entre autres visiter l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Je vais aussi en profiter pour jardiner et marcher. »

Mise à jour le Vendredi, 03 Mai 2013 14:44
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10