Accueil Archives des actualités Handicap : une commission pour aller plus loin
 
Handicap : une commission pour aller plus loin Imprimer
Vendredi, 13 Mai 2011 08:32
handicap une commission pouraller plus loin
La semaine du handicap - du 16 au 20 mai - est désormais une date incontournable du calendrier mondorien. Mais au-delà de cette manifestation d’échange et de partage d’expérience, la Ville s’investit dans des projets concrets. Explications avec Jacques Clavel, 1er adjoint en charge du handicap.
« En 2007, quand le maire Éric Gay signe la charte du handicap, sa volonté n’est pas de poser une signature sur un document, mais bien de faire vivre cette charte », rappelle Jacques Clavel. Dès mars 2008, une délégation handicap est créée et travaille avec le gouvernement pour l’élaboration de la loi de pays sur le handicap. « Nous avons rencontré les associations et réalisé un état des lieux », explique Jacques Clavel, en charge de cette délégation. En août 2009, un agent est recruté à mi-temps pour venir soulager les familles à domicile. Parallèlement, les associations font part de leur problème crucial de transport. Un bus est alors équipé et est aujourd’hui prêt à entrer en service. « Dès 2009, le débat d’orientaion budgétaire donne leur place aux personnes en situation de handicap », souligne l’élu.

C’est ainsi que la journée « handicapable » naît. Pour aller plus loin et pour répondre à l’obligation instaurée par la loi de pays sur le handicap, une commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées est créée fin 2010. Composée d’élus et de représentants d’associations, la commission a déjà établi une grille des urgences. Ainsi, le budget de cette année prévoit une enveloppe de 21 millions pour la réalisation de parkings spécifiques dans les écoles, pour la construction de sanitaires adaptés à l’hôtel de Ville, pour la réfection des sanitaires des groupes scolaires de Boulari et de Plum, et enfin, pour l’adaptation de la circulation extérieure dans les écoles maternelles. Pour Jacques Clavel : « La prise de conscience est là, et c’est par les enfants qu’elle grandira ».


John : le travail avant tout

john le travail avant tout Cela fait une quinzaine d’années que John Rolland travaille pour la mairie. Il occupe divers postes et parcourt la commune en tous sens. Mais en 2001, John est victime d’une rupture d’anévrisme. Les séquelles sont importantes et il lui faut plusieurs mois pour récupérer l’usage de ses jambes.
« J’ai eu deux opérations à la tête, et je me suis battu pour aller mieux. » Pour John, pas question de rester chez lui à ne rien faire. « C’est quelqu’un de très actif et de très souriant », souligne Chanel Tui, sa responsable à la direction des services d’animation et de prévention. « Nous avons aménagé son poste pour qu’il ne soit jamais seul mais toujours intégré à une équipe de trois personnes ».

Tahissa : une volonté de fer

tahissa une volonte de fer Au centre communal d’action sociale (CCAS), c’est Tahissa qui vous accueille et vous oriente. Souriante et toujours abordable derrière son bureau. Pourtant, sous ce bureau, ses jambes malades ne la portent pas bien. Née prématurément, Tahissa n’a pu marcher qu’à l’âge de 6 ans.
« À force de kiné et de volonté, aujourd’hui je marche mais toujours avec des difficultés », sourit-elle. « Ma chance, c’est d’avoir eu une directrice qui, du fait de sa formation de psychomotricienne, était sensibilisée au problème du handicap. Nous avons pu travailler ensemble à l’adaptation de mon poste de travail ». C’est également grâce à son entourage, sa famille et ses amis que Tahissa dit avoir pu faire face à son handicap.
Mise à jour le Vendredi, 13 Mai 2011 11:49
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10