Accueil Les alertes Dossier : La Ville agit pour l’environnement
 
Dossier : La Ville agit pour l’environnement Imprimer

La protection de l’environnement est l’une des préoccupations majeures de la Ville. Pionnière en la matière, celle-ci a élaboré une véritable stratégie qui se traduit, sur le terrain, par de multiples actions visant à éveiller les consciences et à faire connaître au plus grand nombre les enjeux du réchauffement climatique qui reposent en partie sur nos comportements.

 

La protection de l’environnement est une priorité de la Ville qui, par ses choix d’aménagement, de gestion des services rendus à ses administrés et ses nombreuses actions déployées sur le terrain, concourt à éveiller les consciences pour favoriser des comportements plus vertueux, à réduire son empreinte écologique et à assurer le bien-être de ses concitoyens. Dès la fin des années 1990, elle a mené des actions ponctuelles, à petite échelle, à l’image des opérations de plantations d’arbres sur des parcelles érodées. Précurseur en la matière, la Ville s’est engagée depuis le début des années 2000 dans une véritable stratégie plaçant la problématique environnementale au cœur de ses préoccupations.

 

Être acteur du changement

Mise en place des points d’apport volontaire en 2008 pour la collecte des déchets ménagers recyclables, déploiement de la collecte sélective à domicile (tri en porte-à-porte) dès 2012, ouverture du centre de tri de La Coulée dans la foulée, création du Centre d’éducation à l’environnement dédié au grand public et aux scolaires, préservation, aménagement et valorisation des milieux naturels, maîtrise de l’énergie… les exemples d’actions et de services proposés aux Mondoriens sont nombreux. Tous ont en commun l'objectif de : développer et favoriser des comportements écoresponsables permettant à la population de participer à l’amélioration de son cadre de vie dans les quartiers tout en œuvrant pour la planète.

 

Les moyens et les projets  de la Ville

 

Depuis 2008, les actions ne manquent pas sur la commune qui voit éclore de nombreux  projets en faveur de l’environnement. Tour d’horizon.

 

Le Centre d’Éducation à l'Environnement (CEE)

Créé en 2013, le Centre d’Éducation à l'Environnement, situé à l’entrée du centre-ville de Boulari, dispose au sein de son complexe de la Maison Pédagogique de l’Environnement (MPE), animée par une éco-éducatrice, d’une salle permanente d’exposition et d’un parcours extérieur traversant différents jardins à thème. Le CEE accueille également, depuis 2014, l’Office du tourisme Grand Sud. Sa mission ?
Informer et de sensibiliser les scolaires et le grand public à l’environnement et au développement durable via des ateliers, des animations et des expositions. L’objectif étant de favoriser une meilleure connaissance des enjeux environnementaux et des richesses de la biodiversité de la Nouvelle-Calédonie, mais aussi de sa fragilité.

Deux serres sont également installées au CEE. Elles servent notamment à faire pousser les plants des jardins pédagogiques des écoles ainsi que des plants de palétuvier, utilisés ensuite dans différentes plantations de la ville..

 

Le tri des déchets ménagers recyclables en porte-à-porte

Après la mise en place des points d’apport volontaire en 2008, la collecte sélective à domicile (bac jaune) généralisée en 2012 a permis aux Mondoriens de réduire l’impact de leur consommation sur l’environnement puisqu’ils ont depuis la possibilité de trier les déchets ménagers recyclables (emballages plastique, cartons, canettes aluminium, boîtes de conserve, et journaux, papiers, magazines).

Actuellement, le taux de captage est de 55 %. Afin d’améliorer la qualité du tri et le taux de captage, six ambassadeurs du tri ont été déployés dans les quartiers en 2018 sur une période de 7 mois.

 

Le centre de tri

Situé dans la zone industrielle de La Coulée, le Centre de tri a accompagné la mise en place de la collecte sélective des déchets ménagers à domicile sur la commune. Opérationnel dès septembre 2012, il est monté progressivement en
puissance pour atteindre son plein régime en 2013.

En 2018, 365 tonnes de déchets recyclables ont été collectées dans les bacs jaunes mis à la disposition des foyers du Mont-Dore. Les déchets ménagers recyclés collectés y sont traités puis conditionnés sous forme de balles afin d’être valorisés localement (fer et plastique) ou exportés. Depuis mi-2015, le centre de tri traite l’ensemble des déchets ménagers recyclables de l’agglomération, soit environ 1 200 tonnes par an.

 

Propreté des aires, des parcs et des plages

La propreté des espaces publics relève de la propreté urbaine. Le service environnement de la Ville compte dans ses rangs une équipe composée de dix agents dédiés à la surveillance et à la vigilance quant à la propreté dans les quartiers. Elle veille à éradiquer tout dépôt illicite et sauvage avec le concours de la police municipale, et s’assure du bon déroulement de la collecte des déchets. L’équipe intervient sur des actions précises, parfois d’urgence. La commune fait notamment l'objet d’une surveillance chaque vendredi, afin d’endiguer toute pollution visuelle. Il s’agit d’une tournée sur des endroits ciblés, très fréquentés, qui nécessitent une vigilance accrue.

Parallèlement, la collectivité fait appel à des contrats de prestations de services et d’entretien des espaces publics (accotements et chaussées des rues municipales, collecte de déchets dans les quartiers et sur le littoral).

 

L’Observatoire de la mangrove

Lancé en 2013 en partenariat avec l’IRD et suivi grâce à une bourse de thèse, l’Observatoire de la mangrove s’est inscrit dans le cadre d’un projet scientifique de gestion durable de cet écosystème. Il a été primé par la Palme Ifrecor en 2015. L’objectif ? Analyser la capacité de la mangrove à retenir le CO2. La Ville a dédié un espace au CEE pour accueillir ce projet et financé la réalisation de trois serres. L’expérience, qui a duré trois ans, avait pour but d’observer le développement de plants de palétuvier à l’intérieur de ces serres où des taux de concentration de CO2 deux à trois fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui ont été injectés afin de simuler le changement climatique. Pour la Ville, l’intérêt était triple : faire découvrir la mangrove et augmenter l'information autour de celle-ci, faire évoluer les consciences et ainsi améliorer la perception de cet écosystème, enfin, mieux évaluer son importance afin de pouvoir prendre les bonnes décisions en matière d’aménagement du territoire.

 

Les projets en cours

Développer l’offre éducative

La Ville souhaite développer son offre éducative au travers de son Centre d’éducation à l’environnement en alimentant et en valorisant certaines thématiques.

Parmi elles, la gestion de l’eau via un atelier sur le cycle de l’eau et la maîtrise de l’énergie avec la mise en place d’un atelier sur les bons gestes à pratiquer chez soi pour réduire sa consommation d’énergie électrique.

 

Lancement d’une démarche d’éco-exemplarité

En 2019, la Ville a développé une démarche d’éco-exemplarité de la collectivité. Une stratégie qui visera à terme à développer un plan « administration exemplaire ».

Il s’agit pour la Ville de se pencher sur le fonctionnement quotidien de son administration, ce qui permet aux agents municipaux de contribuer grandement aux projets que mène la commune.

En 2019, cette démarche a été engagée sur le thème de « la gestion de notre patrimoine naturel » et l’action a été orientée sur le site emblématique du Grand Sud, l’îlot Bailly : quatre sorties y ont été organisées impliquant quatre directions administratives municipales. Bilan : 1,5 tonne de déchets a été collectée.

 

Aménagement du Mont Goumba

L’aménagement du parc communal du Mont Goumba se poursuit avec la création de sentiers découverte à travers le maquis minier, la mise en place annoncée d’un Observatoire des Araucarias destiné à valoriser 18 espèces dont 13 endémiques au territoire, l’ouverture de parcours pédestres et des actions de revégétalisation sur des zones dégradées et érodées menées avec le public et les scolaires.

 

Éclairage publique au LED

La Ville poursuit sa transition énergétique dans le but de doter progressivement une quarantaine de ses bâtiments communaux de panneaux photovoltaïques en autoconsommation ce qui permettrait, à terme, un gain de près de 40 % sur sa facture énergétique. Deux écoles de la commune (Saint-Michel et Galinié) ont été équipées en 2019 de panneaux solaires.

Cette année, la Ville a également acté le renouvellement, sur 10 à 12 mois, de 2 700 points lumineux qui composent l’éclairage public (dont 500 lampadaires ont déjà été changés depuis 2012). Coût de l’opération : 150 millions F.

Propreté des aires, des parcs et des plages

La propreté des espaces publics relève de la propreté urbaine. Le service environnement de la Ville compte dans ses rangs une équipe composée de dix agents dédiés à la surveillance et à la vigilance quant à la propreté dans les quartiers. Elle veille à éradiquer tout dépôt illicite et sauvage avec le concours de la police municipale, et s’assure du bon déroulement de la collecte des déchets. L’équipe intervient sur des actions précises, parfois d’urgence. La commune fait notamment l'objet d’une surveillance chaque vendredi, afin d’endiguer toute pollution visuelle. Il s’agit d’une tournée sur des endroits ciblés, très fréquentés,
qui nécessitent une vigilance accrue.

Parallèlement, la collectivité fait appel à des contrats de prestations de services et d’entretien des espaces publics (accotements et chaussées des rues municipales, collecte de déchets dans les quartiers et sur le littoral).

 

L’Observatoire de la mangrove

Lancé en 2013 en partenariat avec l’IRD et suivi grâce à une bourse de thèse, l’Observatoire de la mangrove s’est inscrit dans le cadre d’un projet scientifique de gestion durable de cet écosystème. Il a été primé par la Palme Ifrecor en 2015.

L’objectif ? Analyser la capacité de la mangrove à retenir le CO2. La Ville a dédié un espace au CEE pour accueillir ce projet et financé la réalisation de trois serres. L’expérience, qui a duré trois ans, avait pour but d’observer le développement de plants de palétuvier à l’intérieur de ces serres où des taux de concentration de CO2 deux à trois fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui ont été injectés afin de simuler le changement climatique.

Pour la Ville, l’intérêt était triple : faire découvrir la mangrove et augmenter l'information autour de celle-ci, faire évoluer les consciences et ainsi améliorer la perception de cet écosystème, enfin, mieux évaluer son importance afin de pouvoir prendre les bonnes décisions en matière d’aménagement du territoire.

 

INTERVIEW : Pierre-Olivier Castex, Chef du service environnement de la Ville du Mont-Dore

"Les ressources ne sont pas inépuisables."

 

Quelle est la philosophie de la Ville en matière environnementale ?

Même si cette compétence est dévolue aux provinces, la protection de l’environnement est une préoccupation majeure pour la Ville du Mont-Dore. Depuis une dizaine d’années, la Ville a fait le choix de placer la problématique environnementale au cœur de son action dans l’objectif de faire évoluer les consciences et les comportements.

 

La commune du Mont-Dore fait-elle figure de pionnière  en Nouvelle-Calédonie ?

Oui, sans aucun doute. Dans les années 1990, des actions ponctuelles réalisées à petite échelle étaient déjà menées sur le terrain avec, par exemple, des opérations de plantation d’arbres sur des parcelles érodées de la montagne des Sources, à La Coulée. Aujourd’hui, cette volonté reste la même mais elle s‘inscrit dans une politique globale de gestion durable des espèces naturelles et associées (préservation et valorisation des milieux).

À ce titre, nous avons notamment élaboré un plan de gestion d’un de nos parcs emblématiques (le Mont Goumba) qui permet à la collectivité de développer l’attractivité du site tout en conservant et en valorisant sa remarquable biodiversité.

 

Quels sont les autres volets concernés ?

Les orientations stratégiques de la Ville en la matière reposent également sur la préservation de la ressource en eau, la propreté urbaine, la lutte contre les pollutions, la communication environnementale, la gestion durable des déchets ou encore la maîtrise de l’énergie.
En 2012, la Ville s’est engagée dans une démarche visant à élaborer une stratégie de réduction de ses consommations énergétiques dans son patrimoine communal, avec des actions concrètes articulées autour de trois postes : l’éclairage public, les bâtiments communaux et sa flotte de véhicules.
Des mesures ont été prises pour passer sur des modes de production moins énergivores tout en développant les ressources renouvelables.

 

Est-ce facile d’éveiller les consciences ?

Aujourd’hui, je pense qu’au travers des actions menées par les forces vives du territoire, il y a une certaine prise de conscience collective, surtout chez les plus jeunes, mais le changement des comportements et des pratiques au quotidien reste encore perfectible. Tout le monde n’est pas au fait des problématiques et des enjeux environnementaux et n’a pas forcément conscience des impacts liés à ses activités. Notre travail est d’aider à faire en sorte que le plus grand nombre se sente impliqué progressivement grâce, notamment, à nos actions et aux services que nous proposons qui permettent, au fil des ans, de développer et de favoriser des comportements plus vertueux.

La boîte à partage, située au Centre d’Éducation à l'Environnement, permet aux Mondoriens de déposer et récupérer des objets en tout genre.

 

Les actions de la Ville

Rentrée solidaire

Le CEE ouvrira ses portes du 10 au 15 février 2020 pour permettre aux Mondoriens de déposer les fournitures scolaires et les vêtements dont ils n’ont plus l’utilité… et de repartir (si besoin) avec d’autres affaires.

Cette opération vise à redonner une seconde vie aux fournitures, limitant ainsi les déchets et le gaspillage, tout en donnant un coup de pouce aux familles dans le besoin.

 

Opération Mont-Dore

propre Lancée en 2004 par la mairie, cette opération s’est d’abord concentrée sur les quartiers de la commune. Elle consistait à ramasser et à trier les déchets collectés par des volontaires.

Depuis 2016, l’opération a évolué pour se concentrer sur des sites emblématiques de la commune (rivière de La Coulée, fontaine de Plum, îlot Bailly…) et des zones « fragiles » telles que l’écosystème de la mangrove.

En 2019, trois opérations ont été menées dans la mangrove de Boulari et de La Conception et quatre sur l’îlot Bailly.

 

Quinzaine de l’environnement

L’opération s’est déroulée du 3 au 14 juin 2019 : 700 visiteurs ont participé aux événements grand public, dont 300 scolaires, 600 kilos de déchets ont été ramassés sur l’îlot Bailly, 180 kilos de bouchons en plastique ont été collectés dans les écoles, et la Ville a enregistré 17 inscriptions aux centres de vacances dédiés à l’environnement.

 

Ateliers scolaires

En 2018, sur les cinq périodes scolaires, 1 380 élèves ont participé aux ateliers ludiques proposés au Centre d’éducation à l’environnement sur la thématique des déchets, du recyclage et du cycle de l’eau.

Au programme également : une découverte du sentier pédagogique de la forêt sèche, du maquis du Sud, et de l’écosystème mangrove (serres).

 

Boîte à partage

Un espace solidaire en libre accès, et calqué sur le principe du troc, a été mis en place cette année au CEE. Il permet à la population de déposer des objets dont elle ne se sert plus (textile, vaisselle, matériel informatique, affaires scolaires, jouets…) et d’en récupérer d’autres en fonction de ses besoins.

 

Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD)

Du 16 au 24 novembre, de nombreuses actions seront proposées dans le cadre de la SERD. À noter cette année : l’opération Noël solidaire, basée sur le même principe que la rentrée solidaire.

Du 25 au 30 novembre, la SERD ouvrira ses portes afin de permettre aux Mondoriens de déposer et/ou de récupérer les jouets collectés dans les écoles de la commune.

 

Circuit découverte de la vie d’un déchet :

Samedi 16 novembre
Visite des entreprises qui agissent pour le tri et le recyclage des déchets : Centre d’Éducation à l’Environnement, Écopavement, et le Centre de tri.
La Ville prend en charge le transport. Le départ en bus sera donné au Centre d’Éducation à l’Environnement à 8 h pour un retour prévu à 12 h.
(Inscription au 43 30 36)

 

Création de bijoux en cannette :

Samedi 16 novembre à partir de 14 h
À la médiathèque de Boulari.

 

Réparation d’objets informatiques :

Du samedi 16 au dimanche 24 novembre
Action mutualisée avec Mont-Dore Jeunesse Multimédia.
(Renseignements au 42 81 80)

 

Exposition sur la réduction des déchets :

Du lundi 18 au vendredi 22 novembre
À l’hôtel de Ville.

 

Broyage des déchets verts à domicile et promotion du compostage :

Du lundi 18 au samedi 23 novembre
Prise de rendez-vous au 43 30 36.

 

Noël solidaire :

Du lundi 18 au vendredi 22 novembre :
Collecte de jouets dans l’ensemble des écoles du Mont-Dore.
Du lundi 25 au vendredi 29 novembre :
Dons des jouets collectés au Centre d’Éducation à l’Environnement.

 

Objectif zéro déchet !

Depuis trois ans, Nadège Loriot, 32 ans, a fait du zéro déchet une philosophie de vie qu’elle décline au quotidien dans le giron familial.

Après avoir banni le plastique de sa vie, cette habitante de Robinson a fait le choix de fabriquer ses propres produits de beauté et ménagers. Pour cela, il lui a fallu adopter de nouveaux réflexes qui lui ont valu un petit temps d’adaptation !

Depuis, Nadège et son compagnon ont trouvé leur rythme. Elle s’est mise à la couture, a recours aux couches lavables, fait son compost. Ils ont installé un récupérateur de pluie, privilégient les produits bios et font leurs courses munis de contenants…

Chez les Loriot, ne cherchez pas la poubelle, « seul l’emballage du beurre pose encore souci (…) Aujourd’hui, on consomme différemment tout en ayant l’impression de faire quelque chose pour préserver notre île et préparer l’avenir de (nos) enfants. »

 

 

Mise à jour le Vendredi, 15 Novembre 2019 14:48
 
 

Ecrire au maire
Carnet blanc - Carnet rose
Centre culturel du Mont-Dore
Mediatheque
  • 10